Dire adieu…

Il y a une semaine, j’apprenais que la vie l’avait quittée… Qu’elle nous avait quittés… Que plus jamais je ne la reverrai… Que c’était terminé… Alors depuis, je n’arrête pas de pleurer…

mains mamie

J’ai tant à dire sur elle, je l’ai tant aimée et je l’aimerai à tout jamais. Elle m’a tant appris, et va tant me manquer. Cela ne va pas forcément vous passionner, mais j’ai tant besoin d’en parler, de l’écrire, de taper sur mon clavier…

Elle était si humble, si simple, si généreuse, si… tant de choses… Mais surtout si naturelle et si éloignée de toutes les futilités d’aujourd’hui. Elle était sans filtre, belle avec ses rides qui étaient les marques de sa vie… Elle n’avait pas grand chose, mais tant à donner. Ses sourire, son amour… Et sa gourmandise dont j’ai héritée.

En fait, j’aimerais tant vous la raconter, vous dire ses joies, ses peines, toutes ses choses qui l’ont marquée… Mais il y a tant de choses justement que je ne savais pas ou dont je ne me rappelle pas…. Du haut de ses 92 années, elle a tant vécu… Elle qui n’ a jamais voyagé.

C’est d’ailleurs un peu peut-être à cause d’elle ou pour elle que je suis tant accro aux voyages, que je veux tant découvrir le monde…

Elle qui a passé tant d’années ancrée sur ses terres… Terres qu’elle a vendangées, qu’elle a cultivées, avec ses magnifiques mains, marquées à jamais. Ces mains que j’admirais, que j’aimais… Et qui par la vie étaient tant marquées.

La voir quitter son domicile il y a quelques années était déjà difficile…

Ne pas pouvoir la voir autant que je l’aurais souhaité…

Penser à elle, mais être si éloignée.

La vie… Nos choix de vie…

Partir pour étudier, pour travailler, pour aimer…

Mais ne pas oublier.

J’ai essayé de revenir, mais ce n’était jamais assez à mon goût…

J’aurais tant aimé encore discuter, parler du passé, jouer… Avec celle qui a été à mes côtés pendant tant d’années. Tous ces étés partagés avec elle… Je suis dévastée.

J’aimerais m’enfouir sous ma couette, pouvoir pleurer pendant des journées entières…  Mais le travail, la vie, les enfants, la famille… Mes pleurs sont entrecoupés et je n’ai pas le temps de souffler, de vraiment me poser, et de pouvoir sombrer… Pourtant j’aimerais m’effondrer….

Elle méritait d’être connue ! Elle qui vivait en toute simplicité ! Je pourrais tant vous dire mais par pudeur, par respect, il y a des choses que je ne pourrais ici partager. Beaucoup se plaignent, de bien des choses, mais elle non, alors qu’elle aurait pu… D’ailleurs, j’ai l’impression que nous avons beaucoup à apprendre de cette génération qui a vécu et enduré tant de choses … J’avais encore tant à apprendre d’elle.

Son sourire va me manquer. Seules mes larmes vont rester.

Aujourd’hui je vis mes journées en hachuré … Entre quotidien et retour dans le passé, entre vivre ma vie de tous les jours, et pleurer, entre m’occuper la tête et penser à elle…

Beaucoup disent « je suis désolé.e »… Mais ils n’y sont pour rien ! Et les condoléances ? A quoi cela sert il ? Apparemment, pour signifier qu’on pense à nous dans ces moments douloureux… Mais aujourd’hui je ne sais même plus si j’ai envie d’entendre ces mots. Cela m’y refait penser… En fait je ne sais pas ce que j’aimerais… Peut-être que quelqu’un me parle d’elle tout simplement, me dise des choses sur sa vie, son passé, me rappelle des souvenirs, ou juste m’accueille dans ses bras pour me laisser pleurer.

J’ai l’impression d’être perdue… car je sais que je ne la reverrai jamais.

La mère de ma mère s’en est allée… Ma mère veut être forte, je ne me rappelle pas l’avoir vue pleurer… J’ai essayé de faire de même quand les larmes de ma fille ont coulées. Pourquoi faisons nous cela ? Je me le demande… Pourquoi faire comme si tout allait bien ? Pourquoi ne pas montrer ses failles ? Ses peines ? Ses faiblesses ? Ma peine est trop forte, mes larmes coulent… Y compris devant mes enfants. Tant pis, c’est la vie… Une maman aussi a le droit de pleurer. J’ai essayé d’être forte… Mais comment l’être quand mon coeur est brisé ?

Cela ira mieux un jour… J’ai du mal à le croire. La douleur ne s’efface pas… On apprend juste à vivre avec.

Nous ne sommes pas égaux d’ailleurs face à cela.

Chacun vit la mort, le deuil, différemment.

Ce sont de si terribles moments…

J’ai envie de hurler ma peine…

Comment se reconstruire, apprendre à vivre sans ? Comment survivre quand on sait ce qui nous attend ? Je me raccroche à ma famille, mon mari, mes enfants… Mais au fond de moi je pleure et j’ai peur… énormément…

Je n’arrive pas à dire adieu…Réfugiée au fond de mon lit, je ne veux pas croire qu’elle est partie, que c’est fini… Je ne comprend pas, pour moi, elle est encore en vie. Si seulement je pouvais m’assurer qu’elle va bien… Qu’il y a un après et qu’elle est bien entourée… La seule chose qu’aujourd’hui je peux faire, c’est me rappeler… et pleurer…

Ma mamie adorée, je t’aimais, je t’aime et je t’aimerais… A tout jamais…

9 réflexions sur “Dire adieu…

  1. Comme je comprends…. j’appréhende énormément ce moment, pourtant inéluctable. Pourtant, ça ne sert à rien, ça arrivera. En attendant, j’en profite à fond et je fais tout pour lui adoucir la vie, pour ne jamais avoir de regret. Courage à toi et une douce pensée pour cette mamie qui t’a tant apporté

  2. Un texte qui est touchant!!
    Tout est dit , vous l’avez dit , tout le monde vit le deuil différemment mais c’est vrai ca fait mal, très mal et on comprends pas..*
    Bon courage , les souvenirs seront précieux et cette mamie vous a beaucoup apporté apparemment…garder la précieusement dans votre cœur…

    Cocopaillette

  3. J’aurais pu écrire ‘ ça va, elle a vécu 92 quand même. La tristesse s’en ira. ‘ Mais je trouve ça beau qu’on est encore des pensées aussi fortes. Je suis jeune et j’estime que ma grand-mère le soit encore. Mais je veux pas passer par la phase où elle devra partir. Mon grand père n’est déjà plus là, et elle est la plus vielle de la famille. Celle qui a mis au monde mon père, celle qui m’aura raconté pleins de choses, celle qui m’a tenu dans les bras étant bébé.

  4. Pingback: Lettre ouverte : (sur)vivre (à) un décès… | Précieux Moments

  5. Pingback: {Mood} Cette peur au fond de moi… | Précieux Moments

  6. Pingback: Parler de la mort aux enfants | Précieux Moments

  7. Pingback: {Mood} Ma liberté de bloguer… | Précieux Moments

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s