Où est ma filleule népalaise ?

Ne pas savoir. L’incertitude. Le doute. Est-elle en vie ou non ? Si oui, comment va-t-elle ? Je me sens impuissante, à des milliers de kilomètres de son petit village du Népal. Elle, c’est ma filleule népalaise dont je vous parlais dans un précédent article : « Parrainer un enfant, mon témoignage« .

Samedi… Un texto m’informe du séisme qui a touché le Népal. Depuis, l’attente, le doute… Elle ne vit pas à Kathmandou, mais dans le Langtang, une région très touchée par ce triste événement et où à priori il y a peu de secours pour l’instant…. Et la ville la plus proche de son village n’existe plus à priori… A priori. Car je ne suis pas sur place. Je ne sais pas. Je ne peux pas aider… Du moins pas comme j’aimerais.

J’aimerais avoir une baguette magique : que tous les népalais aient de l’eau pour boire, de la nourriture pour manger, des vêtements pour s’habiller, des maisons pour se loger… Mais je n’ai que mes yeux pour pleurer quand je vois ces images de destruction, ces blessés, quand je lis ou entends le nombre de morts, les difficultés sur place, etc…

Comment aider ?

Aujourd’hui j’ai décidé de prendre mon clavier pour partager avec vous cette douleur qui transperce mon coeur de marraine… Pour vous informer que, bien qu’à l’autre bout du monde, tout le monde peut aider. Beaucoup d’associations d’aide humanitaire agissent, essaient de faire de leur mieux et de mettre en place des actions.

  • Solhimal, l’association avec qui je marraine ma petite filleule, fait un appel aux dons « Urgence-Népal » dont voici le communiqué :

Urgence Nepal Seisme don

(Vous pouvez aussi télécharger le document ici : Appel Urgence Népal (1) )

Il existe évidemment de nombreuses associations plus connues aussi :

Et bien d’autres encore…

Voilà, si vous ne pouvez pas aider en étant sur place, vous pouvez faire un geste, même tout petit, pour aider la population népalaise… Quelques euros (même juste 5 €) représentent déjà beaucoup :de la nourriture, de l’eau, des médicaments, des soins, ou même de l’aide pour reconstruire après... Car oui aujourd’hui il y a urgence : sortir les gens des décombres, protéger les survivants, les soigner, les nourrir… Mais après ? Après, il devront essayer de survivre, de vivre, de reconstruire… D’ailleurs, si vous souhaitez aider sur du plus long terme, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des différents organismes ou à parrainer un enfant comme je vous en parlais dans mon précédent article. Et vous pouvez aussi en parler autour de vous !

Là-bas il y a quelqu’un qui compte beaucoup pour moi, quelqu’un qui tient une place énorme dans mon cœur, quelqu’un que mes enfants veulent rencontrer… Si elle est toujours en vie…

Edit du 29/04/2015 :

Attention, il y a une erreur dans l’IBAN de l’Association Solhimal, voici les bonnes coordonnées bancaires si vous souhaitez faire un don :

( compte n° 00350131367 35 )

IBAN FR76 3000 3023 6000 3501 3136 735 CODE BIC SOGEFRPP 

N’oubliez pas de préciser le motif « URGENCE NEPAL »

7 réflexions sur “Où est ma filleule népalaise ?

  1. Les images sont terribles … Je « marraine » déjà un enfant dans un autre coin du monde. Je vais essayer de de faire un geste pour le Népal qui en a tant besoin.

  2. Pingback: {Pause musicale} Dis moi ce que tu écoutes, je te dirais qui tu es #TAG | Précieux Moments

  3. Pingback: Un début d’année synonyme de solidarité… | Précieux Moments

  4. Pingback: Dans ma bibliothèque #57 : « Le grand livre des drapeaux  | «Précieux Moments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s